Contacter le service client garantie PHILIPS

Faire une demande de prise en charge de garantie constructeur ou d’une extension de garantie pour VILLAVERDE avec l’ensemble des informations de contact comme : numéro de téléphone, page du site dédié à la garantie, chat, horaires d’ouverture, pages facebook @PhilipsFrance etc…

Garantie PHILIPS

Garantie PHILIPS par téléphone

Vous rencontrez un problème avec votre objet ou service ? Contacter la garantie PHILIPS.

Disponibilité du service de mise en relation avec PHILIPS pour une garantie de produit : 

Service client pour une garantie DISPONIBLE


Prise en charge de la garantie d’un produit ou objet PHILIPS :

    • Informations sur la garantie ou durée d’un produit PHILIPS
    • Problèmes fonctionnels avec le produit / service PHILIPS
    • Garantie PHILIPS car le produit est cassé ou ne fonctionne pas pour vous (HS)

Informations PHILIPS sur leur page Facebook. Vous trouverez sur cette page Philips France les informations de la marque PHILIPS qui propose des services dans des catégories ci-dessous :

Catégories

Marque

 

Électronique

 

Société industrielle

 

 

L’adresse de la page Facebook est https://fr-fr.facebook.com/PhilipsFrance/

Dernière mise à jours des informations sur cette page : 

  • Pseudo : @PhilipsFrance
  • Nombre de fans : 10417680

Site internet PHILIPS

Demandez des informations sur votre besoin de demande de garantie sur le site  https://www.philips.fr/

Informations sur le site pour PHILIPS sur www.philips.fr

 

Philips - France

 

Informez-vous sur Philips et découvrez comment améliorer le quotidien des utilisateurs grâce aux innovations de Healthcare, Consumer Lifestyle et Lighting.

Questions dédié aux garanties PHILIPS

Retrouvez les questions posées à @PhilipsFrance au sujet de la garantie :

Description des services et produits PHILIPS

Historique de la société PHILIPS ? Quels services PHILIPS proposes aux consommateurs ou entreprises ? Les types de produits ou produits principaux de Philips France

Histoire de Philips

La société Philips a été fondée en 1891 par Gerard Philips et son père Frederik. Frederik, un banquier établi à Zaltbommel, a financé l’achat et l’aménagement d’un modeste bâtiment d’usine vide à Eindhoven, où la société a commencé à produire des lampes à filament de carbone et d’autres produits électrotechniques en 1892. Cette première usine a été adaptée et est utilisée comme musée.

En 1895, après des premières années difficiles et une quasi-faillite, les Philips ont fait appel à Anton, le frère cadet de Gérard de seize ans. Bien qu’il ait obtenu un diplôme d’ingénieur, Anton a commencé à travailler comme représentant commercial, mais il a rapidement apporté de nombreuses idées commerciales importantes. Avec l’arrivée d’Anton, l’entreprise familiale connaît une expansion rapide, qui se traduit par la création de Philips Metaalgloeilampfabriek N.V. (Philips Metal Filament Lamp Factory Inc.) à Eindhoven en 1907, suivie en 1912 par la fondation de Philips Gloeilampenfabrieken N.V. (Philips Lightbulb Factories Inc.). Après avoir modifié l’entreprise familiale en fondant la société Philips, Gérard et Anton Philips ont jeté les bases de la future multinationale de l’électronique.

Dans les années 1920, la société a commencé à fabriquer d’autres produits, tels que des tubes à vide. En 1939, elle lance son rasoir électrique, lePhilishave (commercialisé aux États-Unis sous la marque Norelco). La « Chapel » est une radio avec haut-parleur intégré, qui a été conçue au début des années 1930.

La radio Philips

Le 11 mars 1927, Philips a lancé la station de radio à ondes courtes PCJJ (plus tard PCJ), qui a été rejointe en 1929 par la station sœur PHOHI (Philips Omroep Holland-Indië). PHOHI émettait en néerlandais vers les Indes orientales néerlandaises (aujourd’hui l’Indonésie) tandis que PCJJ diffusait en anglais, en espagnol et en allemand vers le reste du monde.

Le programme international du dimanche a commencé en 1928, avec l’animateur Eddie Startz qui présentait l’émission Happy Station, qui est devenue le programme sur ondes courtes le plus long du monde. Les émissions en provenance des Pays-Bas ont été interrompues par l’invasion allemande en mai 1940. Les Allemands ont réquisitionné les émetteurs de Huizen pour les utiliser pour des émissions pro-nazies, certaines provenant d’Allemagne, d’autres de diffuseurs néerlandais sous contrôle allemand.

Philips Radio a été absorbée peu après la libération lorsque ses deux stations à ondes courtes ont été nationalisées en 1947 et rebaptisées Radio Netherlands Worldwide, le service international néerlandais. Certains programmes de PCJ, comme Happy Station, ont continué sur la nouvelle station.

Le moteur Stirling

Philips a joué un rôle déterminant dans la renaissance du moteur Stirling lorsque, au début des années 1930, la direction a décidé qu’en proposant un générateur portable de faible puissance, elle contribuerait à développer les ventes de ses radios dans des régions du monde où l’électricité n’était pas disponible et où l’approvisionnement en piles était incertain. Les ingénieurs du laboratoire de recherche de la société ont procédé à une comparaison systématique de diverses sources d’énergie et ont déterminé que le moteur Stirling, presque oublié, serait le plus approprié, en raison de son fonctionnement silencieux (tant au niveau sonore qu’en termes d’interférences radio) et de sa capacité à fonctionner avec diverses sources de chaleur (le pétrole ordinaire pour lampes – « bon marché et disponible partout » – a été privilégié). Ils étaient également conscients que, contrairement aux moteurs à vapeur et à combustion interne, pratiquement aucun travail de développement sérieux n’avait été effectué sur le moteur Stirling depuis de nombreuses années et affirmaient que les matériaux et le savoir-faire modernes devaient permettre de grandes améliorations.

Encouragés par leur premier moteur expérimental, qui produisait 16 W de puissance sur l’arbre avec un alésage et une course de 30 mm × 25 mm, plusieurs modèles de développement ont été produits dans le cadre d’un programme qui s’est poursuivi tout au long de la Seconde Guerre mondiale. À la fin des années 1940, le « Type 10′ était prêt à être remis à la filiale de Philips, Johan de Witt, à Dordrecht, pour être produit et intégré à un groupe électrogène, comme prévu à l’origine. Le résultat, d’une puissance électrique de 180/200 W pour un alésage et une course de 55 mm x 27 mm, a été désigné MP1002CA (connu sous le nom de « groupe Bungalow »). La production d’un premier lot de 250 appareils a commencé en 1951, mais il est apparu clairement qu’il était impossible de les fabriquer à un prix compétitif, sans compter que l’avènement des radios à transistors, avec leurs besoins en énergie beaucoup plus faibles, signifiait que la raison d’être initiale du poste disparaissait. Environ 150 de ces appareils ont finalement été produits.

Parallèlement au groupe électrogène, Philips a développé des moteurs Stirling expérimentaux pour une grande variété d’applications et a continué à travailler dans ce domaine jusqu’à la fin des années 1970, bien que le seul succès commercial ait été le cryoréfrigérateur à « moteur Stirling inversé ». Cependant, la société a déposé un grand nombre de brevets et a accumulé une grande quantité d’informations, qu’elle a ensuite cédées sous licence à d’autres sociétés.

La Seconde Guerre mondiale

Le 9 mai 1940, les directeurs de Philips apprennent que l’invasion allemande des Pays-Bas doit avoir lieu le lendemain. S’étant préparés à cette éventualité, Anton Philips et son gendre Frans Otten, ainsi que d’autres membres de la famille Philips, s’enfuient aux États-Unis, emportant avec eux une grande partie du capital de l’entreprise. Opérant depuis les États-Unis sous le nom de North American Philips Company, ils parviennent à diriger l’entreprise tout au long de la guerre. Dans le même temps, la société est transférée (sur le papier) aux Antilles néerlandaises pour éviter qu’elle ne tombe entre les mains des Américains.

Frits Philips, le fils d’Anton, est le seul membre de la famille Philips à rester aux Pays-Bas. Il a sauvé la vie de 382 Juifs en convainquant les nazis qu’ils étaient indispensables au processus de production de Philips. En 1943, il a été retenu dans le camp d’internement pour prisonniers politiques de Vught pendant plusieurs mois parce qu’une grève dans son usine avait réduit la production. Pour ses actions visant à sauver des centaines de Juifs, il a été reconnu par Yad Vashem en 1995 comme « Juste parmi les nations ».

De 1945 à 2001

Après la guerre, la société a été rapatriée aux Pays-Bas, avec son siège à Eindhoven. De nombreuses installations de recherche secrètes avaient été verrouillées et dissimulées avec succès aux envahisseurs, ce qui a permis à l’entreprise de reprendre rapidement ses activités après la guerre.

En 1949, l’entreprise a commencé à vendre des téléviseurs. En 1950, elle crée Philips Records.

En 1963, Philips a lancé la cassette audio compacte, qui a connu un succès fulgurant. Les cassettes compactes étaient initialement utilisées pour les machines à écrire des sténographes de bureau et des journalistes professionnels. Au fur et à mesure que leur qualité sonore s’est améliorée, les cassettes ont également été utilisées pour enregistrer du son et sont devenues le deuxième support de masse, à côté des disques vinyle, utilisé pour vendre de la musique enregistrée.

Philips a lancé la première combinaison de radio portable et d’enregistreur de cassettes, commercialisée sous le nom de « radiorecorder », et plus connue aujourd’hui sous le nom de « boom box ». Plus tard, la cassette a été utilisée dans les répondeurs téléphoniques, y compris une forme spéciale de cassette où la bande était enroulée sur une boucle sans fin. La cassette C a été utilisée comme premier dispositif de stockage de masse pour les premiers ordinateurs personnels dans les années 1970 et 1980. Philips a réduit la taille de la cassette pour les besoins professionnels avec la Mini-Cassette, bien qu’elle ne connaisse pas le même succès que la Microcassette Olympus. Elle est devenue le support de dictée prédominant jusqu’à l’arrivée des machines à dicter entièrement numériques.

En 1972, Philips a lancé en Angleterre le premier magnétoscope domestique au monde, le N1500. Ses cassettes vidéo relativement encombrantes pouvaient enregistrer 30 minutes ou 45 minutes. Plus tard, des cassettes d’une heure ont également été proposées. Face à la concurrence du Betamax de Sony et du groupe de fabricants VHS, Philips a introduit le système N1700 qui permettait un enregistrement de deux longueurs. Pour la première fois, un film de deux heures pouvait tenir sur une cassette vidéo. En 1977, la société a dévoilé un film promotionnel spécial pour ce système au Royaume-Uni, avec le comédien Denis Norden. Le concept est rapidement copié par les fabricants japonais, dont les cassettes sont nettement moins chères. Philips a tenté une dernière fois d’établir une nouvelle norme pour les magnétoscopes avec le système Video 2000, dont les bandes pouvaient être utilisées des deux côtés et avaient une durée d’enregistrement totale de 8 heures. Comme Philips ne vendait ses systèmes que sur la norme PAL et en Europe, alors que les fabricants japonais vendaient dans le monde entier, les avantages d’échelle des Japonais se sont avérés insurmontables et Philips a retiré le système V2000 et a rejoint la coalition VHS.

Philips avait développé très tôt un LaserDisc pour vendre des films, mais a retardé son lancement commercial par crainte de cannibaliser ses ventes de magnétoscopes. Plus tard, Philips s’est associé à MCA pour lancer la première norme commerciale et les premiers lecteurs LaserDisc. En 1982, Philips s’est associé à Sony pour lancer le Compact Disc ; ce format a évolué vers le DVD et plus tard le Blu-ray, que Philips a lancé avec Sony en 1997 et 2006 respectivement.

En 1991, le nom de la société a été changé de N.V. Philips Gloeilampenfabrieken en Philips Electronics N.V. Au même moment, la société North American Philips a été officiellement dissoute et une nouvelle division a été créée aux États-Unis sous le nom de Philips Electronics North America Corp.

En 1997, les dirigeants de la société ont décidé de transférer le siège social d’Eindhoven à Amsterdam et de changer la dénomination sociale en Koninklijke Philips Electronics N.V. Le déménagement a été achevé en 2001. Au départ, la société était installée dans la tour Rembrandt, mais en 2002, elle a déménagé à nouveau, cette fois dans la tour Breitner. Les sociétés Philips Lighting, Philips Research, Philips Semiconductors (séparée de NXP en septembre 2006) et Philips Design sont toujours basées à Eindhoven. Le siège de Philips Healthcare se trouve à la fois à Best, aux Pays-Bas (près d’Eindhoven) et à Andover, Massachusetts, aux États-Unis (près de Boston).

En 2000, Philips a acheté Optiva Corporation, le fabricant des brosses à dents électriques Sonicare. L’entreprise est rebaptisée Philips Oral Healthcare et devient une filiale de Philips DAP.

De 2001 à 2011

En 2004, Philips abandonne le slogan « Let’s make things better » pour en adopter un nouveau : « Sens et simplicité ».

En décembre 2005, Philips a annoncé son intention de vendre ou de démanteler sa division semi-conducteurs. Le 1er septembre 2006, il a été annoncé à Berlin que le nom de la nouvelle société formée par la division serait NXP Semiconductors. Le 2 août 2006, Philips a conclu un accord pour vendre une participation majoritaire de 80,1 % dans NXP Semiconductors à un consortium d’investisseurs privés composé de Kohlberg Kravis Roberts & Co. (KKR), Silver Lake Partners et AlpInvest Partners. Le 21 août 2006, Bain Capital et Apax Partners ont annoncé qu’ils avaient signé des engagements définitifs pour rejoindre le consortium acquéreur, un processus qui s’est achevé le 1er octobre 2006. En 2006, Philips a racheté la société Lifeline Systems dont le siège est à Framingham, Massachusetts.

En août 2007, Philips a acquis la société Ximis, Inc., dont le siège est à El Paso, au Texas, pour sa division Informatique médicale. En octobre 2007, elle a acheté une licence du portefeuille de brevets sur les microprocesseurs de Moore (MPP) à The TPL Group.

Le 21 décembre 2007, Philips et Respironics, Inc. ont annoncé la conclusion d’un accord définitif aux termes duquel Philips a acquis toutes les actions en circulation de Respironics pour 66 dollars américains par action, soit un prix d’achat total d’environ 3,6 milliards d’euros (5,1 milliards de dollars américains) en espèces.

Le 21 février 2008, Philips a finalisé l’acquisition de VISICU Baltimore, Maryland, par la fusion de sa filiale indirecte à 100 % dans VISICU. À la suite de cette fusion, VISICU est devenue une filiale indirecte à 100 % de Philips. VISICU est à l’origine du concept de l’eICU, qui consiste à utiliser la télémédecine à partir d’une installation centralisée pour surveiller et soigner les patients des unités de soins intensifs.

Le laboratoire de physique de Philips a été réduit au début du 21e siècle, l’entreprise ayant cessé d’essayer d’innover dans l’électronique grand public par le biais de la recherche fondamentale.

De 2011 à aujourd’hui

En janvier 2011, Philips a accepté d’acquérir les actifs de Preethi, une société leader dans le domaine des appareils de cuisine basée en Inde.

En raison de la chute de 85 % du bénéfice net au troisième trimestre 2011, Philips a annoncé la suppression de 4 500 emplois dans le cadre d’un plan de réduction des coûts de 800 millions d’euros (1,1 milliard de dollars) visant à augmenter les bénéfices et à atteindre son objectif financier.

En mars 2012, Philips a annoncé son intention de vendre, ou de démanteler, ses activités de fabrication de téléviseurs à TPV Technology.

En 2011, l’entreprise a enregistré une perte de 1,3 milliard d’euros, mais a réalisé un bénéfice net au premier et au deuxième trimestre 2012. Cependant, la direction voulait réduire les coûts de 1,1 milliard d’euros, soit une augmentation par rapport aux 800 millions d’euros, et pourrait supprimer 2 200 emplois supplémentaires jusqu’à la fin de 2014.

Le 5 décembre 2012, les régulateurs antitrust de l’Union européenne ont infligé une amende à Philips et à plusieurs autres grandes entreprises pour avoir fixé les prix des tubes cathodiques de télévision dans le cadre de deux ententes qui ont duré près de dix ans.

Le 29 janvier 2013, il a été annoncé que Philips avait accepté de vendre ses activités audio et vidéo à la société japonaise Funai Electric pour 150 millions d’euros, le transfert de l’activité audio à Funai étant prévu pour le second semestre 2013 et celui de l’activité vidéo pour 2017. Dans le cadre de la transaction, Funai a payé des droits de licence réguliers à Philips pour l’utilisation de la marque Philips. Le contrat d’achat a été résilié par Philips en octobre pour cause de rupture de contrat.

En avril 2013, Philips a annoncé une collaboration avec Paradox Engineering pour la réalisation et la mise en œuvre d’un » projet pilote » sur les solutions de gestion de l’éclairage public connectées en réseau. Ce projet a reçu l’aval de la Commission des services publics de San Francisco (SFPUC).

En 2013, Philips a omis le mot « Electronics » de son nom, qui est désormais Royal Philips N.V.

Le 13 novembre 2013, Philips a dévoilé sa nouvelle ligne de marque « Innovation and You » et un nouveau design de sa marque-bouclier. Le nouveau positionnement de la marque est cité par Philips pour signifier l’évolution de l’entreprise et souligner que l’innovation n’a de sens que si elle est basée sur une compréhension des besoins et des désirs des gens.

Le 28 avril 2014, Philips a accepté de vendre sa filiale Woox Innovations (électronique grand public) à Gibson Brands pour 135 millions de dollars US. »

  • PHILIPS fait partie de l’index : P
  • PHILIPS fait partie de la catégorie : Marque

KD : 1

 24h/24, 7j/7