Contacter le service client garantie BLACKBERRY

Faire une demande de prise en charge de garantie constructeur ou d’une extension de garantie pour VILLAVERDE avec l’ensemble des informations de contact comme : numéro de téléphone, page du site dédié à la garantie, chat, horaires d’ouverture, pages facebook @BlackBerry etc…

Garantie BLACKBERRY

Garantie BLACKBERRY par téléphone

Vous rencontrez un problème avec votre objet ou service ? Contacter la garantie BLACKBERRY.

Disponibilité du service de mise en relation avec BLACKBERRY pour une garantie de produit : 

Service client pour une garantie DISPONIBLE


Prise en charge de la garantie d’un produit ou objet BLACKBERRY :

    • Informations sur la garantie ou durée d’un produit BLACKBERRY
    • Problèmes fonctionnels avec le produit / service BLACKBERRY
    • Garantie BLACKBERRY car le produit est cassé ou ne fonctionne pas pour vous (HS)

Informations BLACKBERRY sur leur page Facebook. Vous trouverez sur cette page BlackBerry les informations de la marque BLACKBERRY qui propose des services dans des catégories ci-dessous :

Catégories

Entreprise de logiciels

 

Marque

 

Produit/service

 

 

L’adresse de la page Facebook est https://fr-fr.facebook.com/BlackBerry/

Dernière mise à jours des informations sur cette page : 

  • Pseudo : @BlackBerry
  • Nombre de fans : 25309987

Site internet BLACKBERRY

Demandez des informations sur votre besoin de demande de garantie sur le site  https://www.blackberry.com/fr/fr

Informations sur le site pour BLACKBERRY sur www.blackberry.com

 

Page d’accueil officielle de BlackBerry – Services et logiciels relatifs à la sécurité

 

BlackBerry propose des logiciels complets compatibles avec une utilisation dans le cloud, qui aident les entreprises à gérer et à protéger l'Entreprise des objets via BlackBerry Secure.

Questions dédié aux garanties BLACKBERRY

Retrouvez les questions posées à @BlackBerry au sujet de la garantie :

Description des services et produits BLACKBERRY

Historique de la société BLACKBERRY ? Quels services BLACKBERRY proposes aux consommateurs ou entreprises ? Les types de produits ou produits principaux de BlackBerry

Histoire de Blackberry

1984-2001 : Premières années et croissance

Research In Motion Limited a été fondée en mars 1984 par Mike Lazaridis et Douglas Fregin. À l’époque, Lazaridis était étudiant en ingénierie à l’Université de Waterloo tandis que Fregin était étudiant en ingénierie à l’Université de Windsor. En 1988, RIM est devenue le premier développeur de technologie de données sans fil en Amérique du Nord et la première entreprise en dehors de la Scandinavie à développer des produits de connectivité pour les réseaux de communication de données sans fil à commutation par paquets Mobitex. En 1990, RIM a lancé le DigiSync Film KeyKode Reader. En 1991, RIM a introduit le premier convertisseur de protocole Mobitex. En 1992, RIM présente la première solution de point de vente Mobitex, un boîtier de conversion de protocole qui s’interface avec l’équipement terminal de point de vente existant pour permettre la communication sans fil. En 1993, RIM a présenté le RIMGate, la première passerelle Mobitex X.25 à usage général. La même année, RIM a lancé le Mobidem AT d’Ericsson et le modem sans fil d’Intel contenant le micrologiciel du modem RIM. En 1994, RIM a présenté le premier terminal de point de vente mobile Mobitex. La même année, RIM a reçu le Emmy Award pour l’innovation technique et le KPMG High Technology Award. En 1995, RIM a lancé Freedom, le premier modem radio PCMCIA de type II pour Mobitex.

Vous voulez faire partie de l’histoire de BlackBerry ?

En 1995, RIM a été financée par des investisseurs institutionnels et de capital-risque canadiens par le biais d’un placement privé dans la société privée. Le Fonds de relance canadien Inc. a mené le premier tour de table avec un investissement de 5 millions de dollars canadiens, dont le produit a été utilisé pour achever le développement du matériel et du logiciel du système de téléavertissement bidirectionnel de RIM. Un total de 30 000 000 $ CAN en financement pré-PAPE a été réuni par la société avant son premier appel public à l’épargne à la Bourse de Toronto en janvier 1998 sous le symbole RIM.

En 1996, RIM a lancé le Inter@ctive Pager, le premier téléavertisseur à messagerie bidirectionnelle, et le modem radio RIM 900 OEM. La société a travaillé avec RAM Mobile Data et Ericsson pour transformer le réseau de données sans fil Mobitex, développé par Ericsson, en un réseau de messagerie bidirectionnelle et de courrier électronique sans fil. Le lancement de l’Inter@ctive Pager 950, dont la livraison a commencé en août 1998, a joué un rôle crucial dans ce développement. De la taille d’une savonnette, cet appareil était en concurrence avec le réseau de radiomessagerie bidirectionnelle Skytel développé par Motorola.

En 1999, RIM a lancé le téléavertisseur BlackBerry 850. Nommé en référence à la ressemblance des touches de son clavier avec les druplets du fruit de la mûre, l’appareil pouvait recevoir des courriels en mode « push » à partir d’un serveur Microsoft Exchange en utilisant son logiciel serveur complémentaire, BlackBerry Enterprise Server (BES). L’introduction du BlackBerry a ouvert la voie aux futurs produits de la société destinés aux entreprises, comme le BlackBerry 957 en avril 2000, le premier smartphone BlackBerry. La plate-forme BlackBerry OS et BES ont continué à gagner en fonctionnalité, tandis que l’incorporation du cryptage et de la prise en charge de S/MIME a permis aux appareils BlackBerry d’être de plus en plus utilisés par les gouvernements et les entreprises. Au cours de l’exercice 1999-2001, le total des actifs déclarés dans le bilan de RIM a été multiplié par huit en raison de l’expansion massive des capacités.

2001-2011 : Expansion et concurrence mondiales

RIM a rapidement commencé à lancer des appareils BlackBerry destinés au marché grand public, en commençant par le BlackBerry Pearl 8100, le premier téléphone BlackBerry à inclure des fonctions multimédia telles qu’un appareil photo. Le lancement de la série Pearl a connu un grand succès, tout comme celui des séries Curve 8300 et Bold 9000 qui ont suivi. De nombreux partenariats avec des opérateurs ont alimenté l’expansion rapide du nombre d’utilisateurs de BlackBerry dans le monde, tant sur le marché des entreprises que sur celui des particuliers.

Malgré l’arrivée du premier iPhone d’Apple en 2007, BlackBerry a maintenu une croissance sans précédent de sa part de marché jusqu’en 2011. L’introduction de l’iPhone d’Apple sur le réseau AT&T à l’automne 2007 aux États-Unis a incité RIM à produire son premier smartphone à écran tactile pour le réseau concurrent en 2008, le BlackBerry Storm. Le Storm s’est bien vendu, mais a souffert de critiques mitigées à mauvaises et d’une faible satisfaction de la clientèle. Au départ, l’iPhone était à la traîne derrière le BlackBerry en termes de livraisons et d’utilisateurs actifs, en raison de l’avance de RIM et de son réseau de distribution plus étendu. Aux États-Unis, la base d’utilisateurs du BlackBerry a atteint un pic d’environ 21 millions d’utilisateurs à l’automne 2010. Ce trimestre-là, la base d’abonnés mondiale de la société comptait 36 millions d’utilisateurs. L’iPhone et Google Android ayant accéléré leur croissance aux États-Unis, le BlackBerry a commencé à se tourner vers d’autres plateformes de smartphones. Néanmoins, la gamme BlackBerry dans son ensemble a continué à connaître le succès, stimulée par une forte croissance internationale. Au 1er décembre 2012, l’entreprise comptait 79 millions d’utilisateurs de BlackBerry dans le monde, et il n’en restait que 9 millions aux États-Unis.

Même si l’entreprise a continué à se développer dans le monde entier, les investisseurs et les médias se sont inquiétés de plus en plus de la capacité de l’entreprise à concurrencer les appareils des systèmes d’exploitation mobiles concurrents iOS et Android. Les analystes s’inquiétaient également de l’orientation stratégique de la structure de gestion des codirecteurs généraux. En juin 2014, CNN a publié un article citant BlackBerry comme l’une des six marques américano-canadiennes en danger.

Après de nombreuses tentatives de mise à niveau de leur plateforme Java existante, l’entreprise a fait de nombreuses acquisitions pour l’aider à créer une nouvelle plateforme BlackBerry plus puissante, centrée sur son système d’exploitation en temps réel QNX récemment acquis. En mars 2011, Jim Balsillie, alors co-PDG de Research In Motion Ltd. a laissé entendre, lors d’une conférence téléphonique, que le « lancement de nouveaux BlackBerry puissants » (finalement commercialisés sous le nom de BlackBerry 10) aurait lieu au début de 2012. Cependant, les analystes « craignaient que la promotion trop précoce de ces mystérieux appareils, censés changer la donne, ne nuise aux ventes des BlackBerrys existants » (effet similaire à l’effet Osborne). La date de lancement initiale a été considérée rétrospectivement comme trop ambitieuse et a nui à la crédibilité de l’entreprise à un moment où ses produits vieillissants perdaient régulièrement des parts de marché.

Le 27 septembre 2010, RIM a annoncé la tablette BlackBerry PlayBook, annoncée depuis longtemps, le premier produit fonctionnant sur la nouvelle plateforme QNX connue sous le nom de BlackBerry Tablet OS. Le BlackBerry PlayBook a été officiellement mis à la disposition des consommateurs américains et canadiens le 19 avril 2011. La PlayBook a été critiquée pour avoir été mise sur le marché de façon précipitée dans un état incomplet et s’est mal vendue. Après l’expédition de 900 000 tablettes au cours de ses trois premiers trimestres sur le marché, la lenteur des ventes et l’accumulation des stocks ont incité l’entreprise à réduire les prix et à déprécier la valeur des stocks de 485 millions de dollars.

Principaux concurrents

Les principaux concurrents du BlackBerry sont les smartphones fonctionnant sous Android et l’iPhone d’Apple. Pendant un certain nombre d’années, le BlackBerry a été le principal smartphone sur de nombreux marchés, notamment aux États-Unis. L’arrivée de l’iPhone d’Apple et, plus tard, de la plateforme Android de Google a provoqué un ralentissement de la croissance du BlackBerry et une baisse des ventes sur certains marchés, notamment aux États-Unis. Cette situation a suscité un sentiment négatif de la part des médias et des analystes quant à la capacité de l’entreprise à poursuivre son activité en tant que société indépendante.

Lorsque l’iPhone d’Apple a été présenté pour la première fois en 2007, il a suscité une attention médiatique considérable, de nombreux médias le qualifiant de « tueur de BlackBerry ». Alors que les ventes de BlackBerry ont continué à croître, l’iPhone, plus récent, a connu une croissance plus rapide et la chute de 87 % du cours de l’action de BlackBerry entre 2010 et 2013 est principalement attribuée aux performances du combiné iPhone.

Les trois premiers modèles de l’iPhone (lancés en 2007) étaient généralement à la traîne derrière le BlackBerry en termes de ventes, car RIM bénéficiait d’avantages majeurs en matière de soutien aux opérateurs et aux entreprises ; cependant, Apple a continué à gagner des parts de marché. En octobre 2008, Apple a brièvement dépassé RIM en termes de ventes trimestrielles lorsqu’elle a annoncé avoir vendu 6,9 millions d’iPhones contre 6,1 millions pour RIM, en comparant des trimestres se chevauchant partiellement entre les deux entreprises. Bien que les ventes d’iPhone d’Apple aient diminué à 4,3 millions au cours du trimestre suivant et que celles de RIM aient augmenté à 7,8 millions, pour certains investisseurs, cela indiquait un signe de faiblesse. L’iPhone d’Apple a commencé à vendre plus de téléphones par trimestre que le BlackBerry en 2010, grâce à la sortie de l’iPhone 4.

Aux États-Unis, le BlackBerry a atteint son apogée en septembre 2010, lorsque près de 22 millions d’utilisateurs, soit 37 % des 58,7 millions d’utilisateurs américains de smartphones à l’époque, utilisaient un BlackBerry. L’utilisation du BlackBerry a ensuite commencé à décliner aux États-Unis, la base installée d’Apple aux États-Unis ayant finalement dépassé celle du BlackBerry en avril 2011. Les ventes de l’iPhone ont continué à s’accélérer, tout comme le marché des Smartphones, tandis que le BlackBerry a commencé à perdre continuellement des utilisateurs aux États-Unis. En février 2016, seuls 1,59 million (0,8 %) des 198,9 millions d’utilisateurs de smartphones aux États-Unis utilisaient BlackBerry, contre 87,32 millions (43,9 %) sur un iPhone.

Le système d’exploitation mobile Android de Google, qui fonctionne sur le matériel d’une série de fabricants, dont Sony, Motorola, HTC, Samsung, LG et bien d’autres, a intensifié la concurrence pour BlackBerry. En janvier 2010, à peine 3 millions (7,1 %) des 42,7 millions de smartphones utilisés à l’époque aux États-Unis fonctionnaient sous Android, contre 18 millions d’appareils BlackBerry (43 %). En l’espace d’un an, Android a dépassé la base installée du BlackBerry aux États-Unis. En février 2016, seuls 1,59 million (0,8 %) des 198,9 millions d’utilisateurs de smartphones aux États-Unis fonctionnaient sous BlackBerry, contre 104,82 millions (52,7 %) sous Android.

Si le réseau crypté sécurisé de RIM était attrayant pour les entreprises, ses combinés étaient parfois considérés comme moins attrayants pour les consommateurs que les smartphones iPhone et Android. Les développeurs mettaient souvent au point des applications grand public pour ces plateformes et non pour le BlackBerry. Au cours des années 2010, même les entreprises clientes avaient commencé à adopter des politiques BYOD en raison des commentaires des employés. L’entreprise a également dû faire face à des critiques selon lesquelles son matériel et son système d’exploitation étaient dépassés et peu attrayants par rapport à la concurrence, et les capacités de navigation étaient moins bonnes.

2011-2015 : Changements stratégiques et restructuration

Le ralentissement de la croissance a incité l’entreprise à procéder au licenciement de 2 000 employés à l’été 2011. En septembre 2011, le service Internet BlackBerry de l’entreprise a subi une panne massive, impactant des millions de clients pendant plusieurs jours. La panne s’est produite de manière embarrassante alors qu’Apple se préparait à lancer l’iPhone 4S, faisant craindre des défections massives de la plateforme.

Peu après, en octobre 2011, RIM a dévoilé BBX, une nouvelle plateforme pour les futurs smartphones BlackBerry qui serait basée sur la même plateforme QNX que le PlayBook. Cependant, en raison d’une accusation de violation de marque déposée concernant le nom BBX, la plateforme a été rebaptisée BlackBerry 10. La tâche s’est avérée ardue, et l’entreprise a reporté le lancement prévu en décembre 2011 à quelque temps en 2012. Le 22 janvier 2012, Mike Lazaridis et Jim Balsillie ont démissionné de leur poste de PDG de l’entreprise, laissant les rênes à Thorsten Heins. Le 29 mars 2012, la société a déclaré sa première perte nette depuis des années. Thorsten Heins s’est attelé à la tâche de restructurer l’entreprise, notamment en annonçant des plans de licenciement de 5 000 employés, en remplaçant de nombreux cadres et en retardant une deuxième fois le nouveau système d’exploitation pour téléphones basé sur QNX (« BlackBerry 10 ») en janvier 2013.

BlackBerry 10

Après de nombreuses critiques et de nombreux retards, RIM a officiellement lancé BlackBerry 10 et deux nouveaux smartphones basés sur la plateforme, le BlackBerry Z10 et le Q10, le 30 janvier 2013. Le BlackBerry Z10, le premier smartphone BlackBerry fonctionnant sous BlackBerry 10, a fait ses débuts dans le monde entier en janvier 2013, en étant mis en vente immédiatement au Royaume-Uni, puis dans d’autres pays. Se démarquant nettement des précédents téléphones BlackBerry, le Z10 présentait un design entièrement tactile, un processeur double cœur et un écran haute définition. BlackBerry 10 comptait 70 000 applications disponibles au lancement, et l’entreprise s’attendait à ce que ce chiffre passe à 100 000 au moment où l’appareil ferait ses débuts aux États-Unis. Pour soutenir ce lancement, l’entreprise a diffusé sa première publicité télévisée aux États-Unis et au Canada lors du Super Bowl XLVII. Au sujet de la décision de créer un système d’exploitation propriétaire plutôt que d’adopter une plate-forme standard comme Android.

Lors de l’événement de lancement de BlackBerry 10, la société a également annoncé qu’elle allait changer sa marque publique de Research In Motion à BlackBerry. Le changement de nom a été effectué pour « placer la marque BlackBerry au centre » des diverses marques de l’entreprise, et parce que les clients de certains marchés « connaissent déjà l’entreprise sous le nom de BlackBerry ». Alors qu’un vote des actionnaires sur un changement de nom officiel de BlackBerry Limited aura lieu lors de sa prochaine assemblée générale annuelle, ses symboles de téléscripteur sur le TSX et le NASDAQ ont changé pour BB et BBRY respectivement le 4 février 2013.

Le 12 août 2013, la société a annoncé qu’elle était ouverte à l’achat et a déclaré dans un communiqué de presse officiel aux administrateurs de valeurs mobilières du Canada :

Le conseil d’administration de la société a formé un comité spécial chargé d’explorer des alternatives stratégiques pour améliorer la valeur et augmenter l’échelle afin d’accélérer le déploiement de BlackBerry 10. Ces alternatives pourraient inclure, entre autres, d’éventuelles coentreprises, partenariats ou alliances stratégiques, une vente de la société ou d’autres transactions possibles.

Accord Prem-Watsa/Fairfax

Le PDG de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada, Mark Wiseman, a déclaré qu’il envisagerait d’investir dans BlackBerry si l’entreprise devenait privée. Toujours le 12 août 2013, l’actionnaire principal Prem Watsa a démissionné du conseil d’administration de BlackBerry.

Le 20 septembre 2013, la société a annoncé qu’elle allait licencier 4 500 personnes et enregistrer une perte d’exploitation de 1 milliard de dollars canadiens. Trois jours plus tard, la société a annoncé qu’elle avait signé une lettre d’intention en vue de son acquisition par un consortium dirigé par Fairfax Financial Holdings, propriété de Prem Watsa, pour un montant de 9 dollars par action. Cette transaction a également été confirmée par Watsa.

Le 29 septembre 2013, la société a commencé à exploiter un modèle de vente directe pour les clients aux États-Unis, où les smartphones Q10 et Z10 non verrouillés étaient vendus directement à partir du site Web de BlackBerry. Le 15 octobre 2013, la société a publié une lettre ouverte dans 30 publications dans neuf pays pour rassurer les clients sur le fait que BlackBerry continuerait à fonctionner. Anthony Michael Sabino, professeur de commerce à l’université St. John’s, a déclaré dans le Washington Post :

« C’est la dernière tentative de BlackBerry pour simplement survivre face à une concurrence écrasante sur un marché qu’il a essentiellement inventé. »

John Chen rejoint BlackBerry

Le 4 novembre 2013, l’accord Fairfax Prem Watsa a été abandonné au profit d’une injection de liquidités d’un milliard de dollars américains qui, selon un analyste, représentait le niveau de confiance du principal actionnaire de BlackBerry dans l’entreprise. Au même moment, BlackBerry a nommé John Chen au poste de PDG en remplacement de Heins, qui a été mis à pied. Selon le Globe and Mail, BlackBerry espérait que Chen, avec sa réputation d’artiste du redressement, pourrait sauver l’entreprise.

En avril 2014, Chen a évoqué sa stratégie de redressement dans une interview accordée à Reuters, expliquant qu’il avait l’intention d’investir ou de s’associer à d’autres entreprises dans des secteurs réglementés tels que les soins de santé, la finance et les services juridiques. Il a ensuite précisé que la division des appareils de BlackBerry faisait toujours partie de sa stratégie et que son entreprise cherchait également à investir dans « des solutions émergentes telles que les technologies de machine à machine qui contribueront à alimenter l’épine dorsale de l’Internet des objets. » Il a par la suite développé cette idée lors d’un BlackBerry Security Summit en juillet 2014.

En mai 2014, le BlackBerry Z3 à bas prix a été introduit sur le marché indonésien, où la marque avait été particulièrement populaire. Le combiné économique a été produit en partenariat avec le fabricant taïwanais Foxconn Technology Group, qui a assuré la conception et la distribution du produit. Selon une analyse du New York Times, ce modèle était une tentative de Chen de générer des revenus tout en essayant « de réorienter l’organisation vers les services et les logiciels. » Un analyste de l’ABI Research de Londres a déclaré : « John Chen ne fait que soutenir l’activité des combinés pendant qu’il cherche la voie à suivre. » Dans le cadre de l’effort de localisation pour la promotion duZ3, le panneau arrière du combiné a été gravé avec le mot « Jakarta », mais le scepticisme a encore émergé, car le combiné était encore plus de deux fois plus cher que les modèles Android en Indonésie au moment de sa sortie.

De 2015 à aujourd’hui : Transition logicielle

Quartz a rapporté que le stock avait augmenté de 30 %, par rapport à la même période de l’année précédente, tandis que Chen a exprimé son enthousiasme pour la sortie de deux nouveaux combinés, tous deux dotés de claviers et d’écrans tactiles, au second semestre 2014. Chen n’a pas fourni de chiffres de vente pour le téléphone Z3 en Indonésie.

En septembre 2015, Chen a dévoilé le BlackBerry Priv, un smartphone à clavier coulissant utilisant le système d’exploitation Android avec des améliorations logicielles développées par BlackBerry, notamment un chargeur de démarrage sécurisé, un chiffrement complet du disque, une protection de l’intégrité et le BlackBerry HUB.

Acquisitions stratégiques

Au cours de cette période, BlackBerry a également élargi son offre de logiciels et de services grâce à plusieurs acquisitions clés. Parmi celles-ci, citons la société de sécurité des fichiers WatchDox, le leader de la communication de crise AtHoc et le fournisseur rival d’EMM Good Technology. Les produits proposés par ces entreprises ont été progressivement renommés et intégrés au portefeuille de BlackBerry.

Trefis, une équipe d’analystes et un collaborateur de Forbes, a qualifié Good de « bon ajustement stratégique pour l’activité logicielle de BlackBerry », notant que l’acquisition « aiderait à améliorer le support EMM multiplateforme de BlackBerry et apporterait une base de clients relativement importante et diversifiée, tout en contribuant à la croissance des revenus supplémentaires ». Il a également noté que l’acquisition – la plus importante de l’histoire de BlackBerry – indiquait l’engagement de la société dans un plan de redressement axé sur les logiciels. Il est resté ambivalent quant aux perspectives globales de l’entreprise.

En janvier 2016, Chen a déclaré que BlackBerry ne prévoyait pas de développer de nouveaux appareils fonctionnant sous BlackBerry 10 et que l’entreprise sortirait au maximum deux nouveaux appareils Android au cours de l’année 2016. BlackBerry a également annoncé la sortie des suites EMM Good Secure, consolidant les produits de WatchDox et de Good Technology en plusieurs offres à plusieurs niveaux aux côtés de ses logiciels existants.

Partenariats de licence pour le matériel

BlackBerry a annoncé le 26 juillet 2016 le DTEK50, un smartphone Android de milieu de gamme. Contrairement au Priv, le DTEK50 était une version rebaptisée d’un smartphone existant, l’Alcatel Idol 4 tel que fabriqué par TCL Corporation, l’un des partenaires matériels de l’entreprise. Il devait être l’avant-dernier téléphone développé en interne chez BlackBerry, suivi du DTEK60 en octobre 2016 – le 28 septembre 2016, BlackBerry a annoncé qu’elle cessait le développement matériel en interne pour se concentrer sur le logiciel, déléguant le développement, la conception et la fabrication de ses appareils à des partenaires tiers.

Le premier de ces partenaires a été BB Merah Putih, une coentreprise en Indonésie. Chen a déclaré que l’entreprise n’était « plus seulement sur le smartphone, mais sur l’intelligence dans le téléphone ». Le 15 décembre 2016, BlackBerry a annoncé qu’elle avait conclu un accord à long terme avec TCL pour continuer à produire des smartphones de la marque BlackBerry destinés à être vendus en dehors du Bangladesh, de l’Inde, de l’Indonésie, du Népal et du Sri Lanka. Ce partenariat a été suivi par un accord avec Optiemus Infracom le 6 février 2017 pour produire des appareils dans toute l’Inde et les marchés voisins, y compris le Sri Lanka, le Népal et le Bangladesh.

Depuis l’annonce de ces partenariats, TCL a lancé le BlackBerry KeyONE et BB Merah Putih a lancé le BlackBerry Aurora.

Conseil en cybersécurité

En février 2016, BlackBerry a acquis la société de cybersécurité Encription, basée au Royaume-Uni, dans l’intention de se lancer dans le conseil en sécurité. Elle a ensuite lancé BlackBerry SHIELD, un programme d’évaluation des risques informatiques pour ses entreprises clientes. En avril 2017, la division cybersécurité de BlackBerry s’est associée à Allied World Assurance Company Holdings, un fournisseur mondial d’assurance et de réassurance. Cet accord a vu l’outil d’auto-évaluation SHIELD de BlackBerry intégré à la solution de gestion des cyberrisques FrameWRX d’Allied World.

BlackBerry Secure

Le 8 décembre 2016, BlackBerry a annoncé le lancement de BlackBerry Secure. Annoncée comme une « plateforme de sécurité mobile complète pour l’entreprise des objets », BlackBerry Secure approfondit l’intégration entre les acquisitions de BlackBerry et son portefeuille principal. Selon Forbes, il rassemble tous les produits de BlackBerry « sous un seul parapluie ».

Le 7 février 2017, BlackBerry a annoncé la création du BBM Enterprise SDK, un outil de développement de la plate-forme de communication en tant que service. Le SDK Enterprise permet aux développeurs d’intégrer la fonctionnalité de messagerie de BBM Enterprise dans leurs applications. Il a été mis à la disposition des partenaires de BlackBerry le 21 février 2017, et a été officiellement lancé le 12 juin 2017.

Toujours en février 2017, le cabinet d’analystes 451 Research a publié un rapport sur l’amélioration de la situation financière de BlackBerry et sa concentration sur les produits. Le rapport a identifié la position de BlackBerry dans l’Internet des objets et sa stratégie de licences d’appareils comme des points forts. Le BBM Enterprise SDK a également été mis en avant, aux côtés de plusieurs défis auxquels l’entreprise doit encore faire face.

  • BLACKBERRY fait partie de l’index : B
  • BLACKBERRY fait partie de la catégorie : Entreprise de logiciels

KD :

 24h/24, 7j/7